Quand un homme fait affaire dans la beauté

Si vous avez toujours pensé que seules les femmes réussissent dans le monde de la beauté, alors Simeon Saidi est le meilleur contre-exemple. Cet homme a l’œil vif dès qu’il s’agit de saisir une opportunité et est complètement engagé envers le développement des autres. Simeon est la preuve que lorsqu’on travaille dur et qu’on est animé par la passion, les rêves peuvent se transformer en réalité.

Vous êtes titulaire d’un diplôme en ingénierie mécanique. Comment avez-vous mené votre transition professionnelle et fini chez Oriflame ?

Au Nigéria, on tend à choisir son orientation  universitaire selon les espérances que votre famille place en vous. On vous pousse, par exemple, à devenir médecin, avocat ou ingénieur. Mais même si j’ai fait des études d’ingénieur, je ne me sentais pas vraiment fait pour cela. Je suis une personne extravertie, j’aime aller à la rencontre de nouvelles personnes, prendre part à de nouvelles expériences. Lorsque j’ai commencé à travailler avec Oriflame, je me suis senti comme un poisson dans l’eau. C’est instinctif et tout est venu naturellement à moi.

Comment avez-vous entendu parler d’Oriflma, la première fois ?

C’est une histoire vraiment excitante à raconter ! Un de mes amis m’avait invité à son bureau et m’a montré le catalogue. J’ai beaucoup aimé le design et tout l’univers que cela dégageait. Il m’a parlé du plan de rémunération et cela n’a plus quitté mon esprit. Puis, lorsqu’il m’a présenté au directeur général d’Oriflame Nigéria, ce dernier m’a posé une seule question : ‘’combien d’argent désirez-vous gagner et jusqu’où voudriez-vous arriver ?’’ Mon rêve, dès le premier jour, a été d’aller jusqu’au top.

“Chez Oriflame, je me sens comme un poisson dans l’eau. C’est instinctif, et les choses sont venues naturellement à moi…’’

C’est un défi, pour un homme, de vendre des produits de beauté ?

Personnellement, quand je vais vers les autres, je préfère me concentrer sur le plan de rémunération plutôt que sur les produits. L’économie nigériane ne se porte pas bien. Les prix du pétrole sont au plus bas et le taux de change a flambé par rapport au dollar américain. C’est le côté le plus attractif qu’il faut communiquer aux gens.

Comment approchez-vous les gens ?

Lors de ma première année avec Oriflame, J’ai préféré rencontrer les gens face à face plutôt que via  les réseaux sociaux. J’avais déjà un compte Facebook mais je ne l’utilisais que rarement.  Maintenant, par contre, je suis de plus en plus en ligne et je recours à des publicités sur Google et Facebook pour attirer l’attention des gens. Mais lorsque j’invite les gens au bureau pour découvrir les gammes de produits et les activités de plus près, c’est là où l’enthousiasme se fait sentir le plus.  

Quel est le meilleur conseil professionnel que vous donnez aux autres ?

Le taux de rejet peut être élevé, c’est la raison pour laquelle je dis aux gens qu’il faut facturer plus et augmenter le taux de recrutement. Au début, vous risquez d’essuyer beaucoup de rejets, mais ces rejets ne feront que vous fortifier. Il s’agit de construire une équipe et d’appuyer les autres. Mon conseil est d’essayer de voir grand. Préoccupez-vos moins des ventes et du profit immédiat et concentrez-vous plutôt sur la construction d’une activité via le recrutement.

En seulement une année, vous avez été promu Diamond Director. Quel est l’événement qui vous a le plus marqué ? De quoi êtes-vous le plus fier ?

Sans aucun doute, la Gold Conférence qui s’est tenue à Valence, en Espagne. Je n’ai jamais vécu quelque chose de semblable de toute ma vie. La cerise sur le gâteau, c’était le moment de la gratification, lorsque j’ai été appelé pour recevoir le prix Diamond. Même qu’il y avait des feux d’artifice. C’était époustouflant. J’aimerais bien revivre cela encore une fois.

How would you describe an Oriflame conference to someone?
I’d tell them that it’s five-star treatment, all the way through. You get treated like royalty, from start to finish. When people heard that I was a Diamond Director they wanted to take pictures of me and get my autograph; I felt like a star! Trust me, once you’ve attended your first conference you’ll want to go to the next one and the one after that!

You brought someone you selected from your network to the Diamond Conference – how did it feel to give him that opportunity?
The moment that I was informed that I had an extra ticket for the Diamond Conference, I ran a competition within my team. A young guy who had worked really hard qualified to come – and wow, did he ever make the most of his trip! He’s inspired a lot of people back home; that felt really nice.

In 5 years from now, where do you hope to be?
Number one in the world - Diamond President Director!

 



Rédigé par: Photographié par: Yomi Dawodu